Conseils juridiques

La responsabilité et les obligations du garant en matière de construction de maison individuelle inachevée

Par Maître Davy AOUIZERATE


davy.aouizerate@yahoo.fr


L'article L. 231-6, III du Code de la construction et de l'habitation prévoit qu'en cas d'inexécution ou de mauvaise exécution des travaux prévus au contrat de construction de maison individuelle, le garant doit mettre en demeure le constructeur soit de livrer l'immeuble, soit d'exécuter les travaux.
Si en dépit de cette mise en demeure, le constructeur ne s'exécute pas, le garant a notamment l'obligation de désigner sous sa responsabilité la personne qui terminera les travaux.

La Cour de cassation est venue préciser la portée de la garantie de livraison en cas d'inexécution des travaux (Cass. 3e civ., 12 sept. 2007, n° 06-10.246, P B I). En l'espèce, un couple a confié une mission complète de maîtrise d'œuvre à un architecte et un contrat de construction de maison individuelle sans fourniture de plan à un entrepreneur, à exécuter dans la limite de douze mois et ce, à compter du 19 janvier 1999.

Une société d'assurance a fourni la garantie de livraison. Faute de pouvoir, selon eux, continuer les travaux, les maîtres de l'ouvrage ont voulu mettre en œuvre la garantie et voir désigner un repreneur. Les travaux interrompus depuis décembre 1999 ne reprenant pas, une procédure a été engagée.

La cour d'appel a déclaré sans objet la demande des époux en vue de la désignation de nouveaux maîtres de l'ouvrage, en retenant que le garant avait rempli ses obligations en désignant un maître d'œuvre, un entrepreneur pour les travaux tous corps d'état ainsi qu'une société en qualité de bureau de contrôle.

Partant, elle a déclaré que la société d'assurance avait réagi dans l'intérêt commun des parties sans reporter fautivement l'exécution de ses obligations et que les époux ne rapportaient pas la preuve de la faute reprochée.

Par ailleurs, la Cour d'appel a considéré que l'article L. 231-6, III du Code de la construction et de l'habitation autorisait la désignation de plusieurs repreneurs.
Or, la Cour de cassation a rejeté cette interprétation des juges du fond et a précisé que le garant a l'obligation d'attribuer exclusivement la reprise des travaux en ne désignant qu'un seul repreneur.

En second lieu, la cour d'appel a débouté les époux de leurs demandes en paiement de dommages-intérêts compensatoires et en réparation du préjudice moral, financier et de jouissance, alors qu'elle avait constaté que les travaux d'achèvement de l'immeuble avaient commencé en juillet 2005, et que la garantie était due depuis décembre 1999 et malgré une condamnation à désigner un nouveau constructeur mise à sa charge par le tribunal.

La société d'assurance avait-elle, en l'espèce, valablement exécuté ses obligations ? C'est par une lecture combinée des articles L. 231-6 du Code de la construction et de l'habitation et 1147 du Code civil que l'argumentation de la cour d'appel est censurée par la Cour de cassation, cette dernière lui reprochant de ne pas avoir tiré les conséquences légales de ses constatations.

Maître Davy AOUIZERATE

L'actualité juridique avec lemoniteur.fr

«On ne pourra parler de dérapage budgétaire que lorsque les coûts d’objectif auront été fixés», Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris

Philippe Yvin, président du directoire de la SGP, a profité d’une visite de l’usine Herrenknecht à Schwanau (Allemagne) qui a déjà reçu commande de neuf des dix tunneliers prévus sur la ligne 15 Sud, pour faire le point sur le coût du Grand Paris Express, le travail actuellement mené par le gouvernement sur ce projet…[...]

Trophées de la commande publique 2017 : le concours est ouvert !

Les lauréats de la 10e édition des Trophées seront dévoilés au Salon des maires et des collectivités locales le 23 novembre 2017 à Paris.[...]

Réforme du Code du travail : ce qui attend les salariés du BTP

Le président de la République, Emmanuel Macron, a signé le 22 septembre les cinq ordonnances réformant le Code du travail, à l’issue de leur adoption en Conseil de ministres. Les textes doivent être publiés au Journal officiel dans les jours à venir.[...]

Repérage d’amiante dans les bâtiments : un contrôle visuel ne suffit pas

Par un arrêt du 14 septembre 2017, la Cour de cassation réaffirme qu’en cas de vente immobilière, les diagnostiqueurs doivent mettre en œuvre les moyens nécessaires à la bonne exécution de leur mission. Ils ne peuvent se contenter d’un simple repérage visuel des matériaux contenant de l’amiante.[...]

Plan logement : ce que prépare le gouvernement

Le ministère de la Cohésion des territoires a annoncé des mesures fiscales "choc" pendant trois ans sur les cessions de terrains à construire; la prolongation mais le ciblage du PTZ et du Pinel; la simplification des normes et des procédures de construction... Et fait porter pour le moment les économies par les bailleurs sociaux, dont la baisse des loyers compensera celle des APL.[...]

Le sous-traitant ne peut renoncer à la caution bancaire garantissant son paiement

La loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance protège –toujours et encore- les intérêts des entreprises. Elle impose d’un côté au titulaire du marché de fournir une garantie de paiement aux sous-traitants. Et de l’autre, elle interdit à ces derniers d’accorder une renonciation ou une remise conventionnelle à l’établissement délivrant la caution, explique la Cour de cassation.  [...]

Le contournement de Strasbourg fait face à l’adversité

Avis défavorable sur les mesures environnementales, suspension des travaux préparatoires depuis jeudi, les récents épisodes du projet de Vinci ne vont pas dans le sens de sa réalisation rapide. Appelé en arbitre, l’Etat reviendra-t-il sur ses engagements ?[...]

Le BTP divisé sur la stratégie logement du gouvernement

Les promoteurs immobiliers sont satisfaits des mesures annoncées par le ministère de la Cohésion des territoires à l’inverse des constructeurs de maisons individuelles et des organismes HLM qui réagissent vivement.[...]

Europacity : Jean-Pierre Blazy ne renonce pas à l’urbanisation du Triangle de Gonesse

Le maire (PS) de Gonesse, Jean-Pierre Blazy a décidé de passer outre l’avis défavorable rendu par le commissaire enquêteur sur le projet de révision du plan local d’urbanisme (PLU) de sa commune. Le 25 septembre, il proposera au conseil municipal d’adopter ce nouveau PLU.[...]

Dématérialisation des marchés publics : comment être prêt pour le 1er octobre 2018

Si la réforme des marchés publics de 2016 n’impose que la dématérialisation des procédures de passation des marchés publics, se lancer dans une démarche de démat’ totale est plus que nécessaire pour tirer tous les bénéfices de la numérisation. Zoom sur les défis à relever.[...]