Conseils juridiques

La responsabilité et les obligations du garant en matière de construction de maison individuelle inachevée

Par Maître Davy AOUIZERATE


davy.aouizerate@yahoo.fr


L'article L. 231-6, III du Code de la construction et de l'habitation prévoit qu'en cas d'inexécution ou de mauvaise exécution des travaux prévus au contrat de construction de maison individuelle, le garant doit mettre en demeure le constructeur soit de livrer l'immeuble, soit d'exécuter les travaux.
Si en dépit de cette mise en demeure, le constructeur ne s'exécute pas, le garant a notamment l'obligation de désigner sous sa responsabilité la personne qui terminera les travaux.

La Cour de cassation est venue préciser la portée de la garantie de livraison en cas d'inexécution des travaux (Cass. 3e civ., 12 sept. 2007, n° 06-10.246, P B I). En l'espèce, un couple a confié une mission complète de maîtrise d'œuvre à un architecte et un contrat de construction de maison individuelle sans fourniture de plan à un entrepreneur, à exécuter dans la limite de douze mois et ce, à compter du 19 janvier 1999.

Une société d'assurance a fourni la garantie de livraison. Faute de pouvoir, selon eux, continuer les travaux, les maîtres de l'ouvrage ont voulu mettre en œuvre la garantie et voir désigner un repreneur. Les travaux interrompus depuis décembre 1999 ne reprenant pas, une procédure a été engagée.

La cour d'appel a déclaré sans objet la demande des époux en vue de la désignation de nouveaux maîtres de l'ouvrage, en retenant que le garant avait rempli ses obligations en désignant un maître d'œuvre, un entrepreneur pour les travaux tous corps d'état ainsi qu'une société en qualité de bureau de contrôle.

Partant, elle a déclaré que la société d'assurance avait réagi dans l'intérêt commun des parties sans reporter fautivement l'exécution de ses obligations et que les époux ne rapportaient pas la preuve de la faute reprochée.

Par ailleurs, la Cour d'appel a considéré que l'article L. 231-6, III du Code de la construction et de l'habitation autorisait la désignation de plusieurs repreneurs.
Or, la Cour de cassation a rejeté cette interprétation des juges du fond et a précisé que le garant a l'obligation d'attribuer exclusivement la reprise des travaux en ne désignant qu'un seul repreneur.

En second lieu, la cour d'appel a débouté les époux de leurs demandes en paiement de dommages-intérêts compensatoires et en réparation du préjudice moral, financier et de jouissance, alors qu'elle avait constaté que les travaux d'achèvement de l'immeuble avaient commencé en juillet 2005, et que la garantie était due depuis décembre 1999 et malgré une condamnation à désigner un nouveau constructeur mise à sa charge par le tribunal.

La société d'assurance avait-elle, en l'espèce, valablement exécuté ses obligations ? C'est par une lecture combinée des articles L. 231-6 du Code de la construction et de l'habitation et 1147 du Code civil que l'argumentation de la cour d'appel est censurée par la Cour de cassation, cette dernière lui reprochant de ne pas avoir tiré les conséquences légales de ses constatations.

Maître Davy AOUIZERATE

L'actualité juridique avec lemoniteur.fr

« Les abus autour du détachement sont dénoncés à l’Ouest mais aussi à l’Est », Jean-Louis Marchand, président de la Fiec

Le président de la Fédération de l’Industrie européenne de la construction revient pour le "Moniteur Export" sur les grands sujets européens de la rentrée pour le secteur du BTP.[...]

Urbanisme : Jacques Mézard veut faire la chasse aux recours abusifs

La construction de logements passera (aussi) par la lutte contre les recours abusifs en urbanisme. Dans une lettre de mission confiée cet été à Christine Maugüé, conseillère d’Etat, et que se sont procurés nos confrères d’AEF, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, confirme bien sa volonté de renforcer le corpus juridique applicable aujourd’hui dans ce domaine.[...]

Paillotes corses : la loi Littoral à la rescousse du domaine public maritime

Sauf contre-ordre du Conseil d’Etat, la paillote "Chez Marco", située sur la plage de Saint-Cyprien à Lecci en Corse, est entrée en clandestinité. Un arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille a validé le refus du préfet de la Corse-du-Sud d’accorder à l’exploitant une nouvelle autorisation d’occupation du domaine public.    [...]

New York va plafonner les émissions de GES de ses bâtiments

La mairie de New York, qui se veut à la pointe de la lutte contre le changement climatique, a dévoilé, le 14 septembre, un plan exigeant des propriétaires de milliers de bâtiments qu'ils réduisent fortement leurs émissions de gaz à effet de serre.[...]

Lotissement : les règles d’urbanisme sont cristallisées pendant cinq ans

Pendant les cinq années qui suivent la réception de la déclaration d’achèvement d’un lotissement par l'administration, les dispositions des documents d’urbanisme postérieures à l’autorisation de lotir ne sont pas opposables aux demandes de permis de construire. C’est ce qu’a précisé le Conseil d’Etat dans un arrêt récent.[...]

Loi Littoral : c’est le désamour à la plage

Le tribunal administratif de Nice a examiné cette semaine le dossier des restaurants de plage tombés sous le coup de la loi de protection du littoral, emblématique de la volonté de l'Etat de faire cesser le bétonnage des côtes. Ces restaurants sont menacés de démolition. Décision mi-cotobre.[...]

Jean Castex nommé délégué interministériel aux jeux Olympiques et Paralympiques 2024

Le maire de Prades, énarque, ancien conseiller maître de la Cour des Comptes et secrétaire général adjoint de l'Elysée de février 2011 à mai 2012 sous Nicolas Sarkozy, aura notamment pour mission de veiller "à la réalisation du programme d'équipements publics au financement duquel l'Etat, les établissements publics nationaux et les entreprises publiques participent".[...]

Document d’urbanisme : un emplacement réservé peut porter sur un équipement public déjà existant !

Rien n’interdit aux auteurs de documents d’urbanisme de prévoir des emplacements réservés afin de fixer une destination qui correspond déjà à un usage actuel du terrain. Ainsi en a décidé le Conseil d’Etat dans un arrêt récent.[...]

Commande publique : des pistes pour valoriser le bois local et faire de l’insertion sociale de proximité

La réglementation des marchés publics peut permettre de faire de l’achat de proximité. Exemples avec la Ville de Lorient qui utilise son bois pour l’aménagement urbain et la Communauté de communes du Haut Anjou qui fait de l’insertion sociale locale sur un marché de construction.[...]

Baisse record des retards de paiement en France

Le dépassement moyen des délais de paiement est enfin passé sous la barre des 11 jours au premier semestre 2017, selon une étude du cabinet Altares. Qui classe le bâtiment en tête des secteurs les plus respectueux des délais de paiement…[...]